jeu.

02

juil.

2009

Le mouvement Cobra

Asger Jorn, Guillaume Apollinaire (1956)
Asger Jorn, Guillaume Apollinaire (1956)

Le groupe Cobra naït après la Seconde Guerre mondiale à Paris le 8 novembre 1948 en réaction à la querelle entre l'abstraction et la figuration. Son nom est inventé par Christian Dotremont, il est formé par les premières lettres du nom des capitales d'origine des artistes: Copenhague (Asger Jorn), Bruxelles (Joseph Noiret), Amsterdam (Corneille, Constant). Ce nom, souligne aussi bien la multiplicité géographique, le caractère international et artistique des 4 compères. Les artistes danois (Asger Jorn) lui apporteront la marque du primitivisme, les belges (Christian Dotremont, Pierre Alechinsky, Reinhoud) celle du surréalisme, les hollandais (Karel Appel, Guillaume Corneille, Constant) la composante expérimentale.

 

Ils signent un manifeste "La cause était entendu" et créent une revue Cobra et son supplément le Petit Cobra. Ce mouvement est formé de poètes et de peintres qui veulent créer un art nouveau fondé sur la liberté, la spontanéité, l'intensité des images et une recherche du "primitif". Cobra s'inspire du surréalisme (Klee, Miro), de l'expressionnisme (edvard Munch, Nolde) et de l'art brut (Dubuffet). La promotion d'un art qui échappe aux "écoles", à un enseignement responsable d'étouffer les élans les plus primitifs et la mise en avant d'une nouvelle esthétique qui n'est plus celle d'une pensée mais d'une sensation, construisent ce mouvement.

 

Peu à peu la spontanéité diminue. On théorise un peu trop. Sur la couverture du N° 10 de la revue COBRA une "pierre ruinique". Au verso une simple note, "Ce numéro est le dernier." Le groupe se dissout. En 1951, le mouvement Cobra s'arrête après un succès international de 3 ans. Asger Jorn et Christian Dotremont, les deux théoriciens du groupe, gravement malades de la tuberculose, ne peuvent plus l'animer.

 

"Notre expérimentation cherche à laisser s'exprimer la pensée spontanément, hors de tout contrôle exercé par la raison. par le moyen de cette spontanéité irrationnelle, nous atteignons la source vitale de l'être. Notre but est d'échapper au règne de la raison... pour aboutir au règne de la vie".

---> Retour à l'index des Mouvements Artistiques.

Écrire commentaire

Commentaires : 0