lun.

06

juil.

2009

Biographie du peintre Gustav Klimt

Découvrez la biographie de Gustav Klimt né le 14 juillet 1862 à Baumgarten dans la banlieue de Vienne en Autriche. Gustav Klimt est un peintre symboliste autrichien, l'un des membres les plus influents du mouvement Art nouveau de Vienne. Consultez la biographie de Klimt et découvrez ses peintures.

Klimt
Klimt

1862 : Naissance de Gustav Klimt à Baumgarten dans la banlieue de Vienne en Autriche. Il est le second d'une famille de sept enfants, dont le père Ernest Klimt exerce le modeste métier d'orfèvre ciseleur, et dont la mère Anna Finster est chanteuse lyrique.

 

1876 : Agé de tout juste 14 ans, Klimt entre à l'Ecole des Arts Décoratifs de Vienne. Il y assimile la technique de la mosaïque et acquiert un vocabulaire décoratif inspiré des cultures grecques, égyptiennes ou encores slaves. Avec son professeur Ferdinand Laufberger, un des grands maîtres du style décoratif viennois, il apprend la peinture.

 

1883 : Création d’un atelier de décoration avec son frère Ernst et un ami Frantz Matsch. Son habileté et la finesse de ses travaux sont rapidement reconnus, ses fresques aux motifs floraux stylisés, aux scènes inspirées de l'Antiquité, recouvrent alors les palais viennois, les murs et les plafonds des villas comme les rideaux des théâtres. L'escalier du Kunsthistorisches Museum achève de construire sa renommée. Ainsi jusqu'en 1890, Gustav Klimt aura eu un début de carrière fait d'une solide réputation de peintre décorateur répondant à des demandes officielles de peintures architecturales, mais sans réelle originalité, car éloignée au fond de lui de ses goûts personnels pour un art moderne dans lequel il a envie de s'exprimer totalement.

 

1890 : Il prend pour compagne Emilie Flöge qui tient une maison de couture, et se rapproche en ces débuts des années 1890 des écrivains Arthur Schnitzler, Hofmansthal et Hermann Bahr tout en s'intéressant au symbolisme et à l'impressionnisme français.

 

1895 : Lors d'une exposition à Vienne, il découvre les oeuvres de Liebermann, de Félicien Rops, mais aussi de Klinger, Böcklin et Rodin.

 

1897 : Création du Journal "Ver Sacrum" (Printemps Sacré) avec certains de ses amis dont Moser et Joseph M.Olbrich, avec l'ambition de créer un édifice consacré aux arts.

 

Il participe la même année à la fondation de l'Union des Artistes Figuratifs, appelée aussi la Sécession, avec dix neufs autres artistes de la Küntlerhaus de Vienne. Il  devient le président de cette association, dont l'objectif est de réformer la vie artistique de l'époque et de réaliser des oeuvres d'art qui élèvent  " l'art autrichien à une reconnaissance internationale à laquelle il aspire". Cette dissidence artistique, contre l'académisme classique, qui la célèbre mieux que le poète français Guillaume Apollinaire ? "A la fin, tu es las de ce monde ancien. Tu en as assez de vivre dans l'Antiquité grecque et romaine, écrit-il. Adieu, vieille peinture, à bas, architecture classique ! L'Art nouveau espère créer un "art total", mariage de tous les arts. Le but pour ses artistes est également d'instaurer une relation intime entre l'art et la société, en comblant le fossé qui le sépare des arts dits mineurs, comme la mode. Un art total, moderniste, voit le jour. Architecture, art décoratif, musique et peinture s'entremêlent pour pénétrer l'espace public ou la vie quotidienne, à travers des objets d'usage courant. Le magazine "Ver Sacrum" devient le moyen d'expression de la Sécession, et le porte parole de cette volonté de changer le monde, tandis que Joseph M. Olbrich parvient à réaliser cet édifice dédié aux arts et souhaité par Klimt, pour donner aux jeunes artistes figuratifs un lieu permanent d'exposition pour leurs oeuvres.

 

1898 : Le célèbre tableau Pallas Athénée marque en quelque sorte cette émancipation de Gustav Klimt par rapport à l'art officiel. Cette toile fût l'objet de l'affiche de la première exposition de la Sécession en 1898.

 

1900 : Au cours de cette année, lors de la septième exposition de la Sécession, Klimt présente sa toile intitulée La Philosophie, qui est la première des trois toiles préparatoires avec La Médecine et La Jurisprudence qui lui avaient été commandées en 1896 pour illustrer les voûtes du plafond de l'Aula Magna, le hall d'accueil de l'Université de Vienne. La critique violente de la presse accuse Klimt d'outrager l'enseignement et de vouloir pervertir la jeunesse. On lui reproche ses peintures trop érotiques, et on s'interroge sur sa santé mentale et sur ses crises de dépression. Les compositions qui suivent, La Médecine et La Jurisprudence déchaînent et amplifient les critiques. Klimt doit renoncer à voir ses peintures décorer l'Aula Magna, sans pourtant renoncer à son invention esthétique.

 

1902 : Quatorzième exposition de la Sécession consacrée à la musique de Beethoven, Klimt présente une fresque en sept panneaux représentant la Neuvième Symphonie, destinée à illustrer un décor pour l'architecte Josef Hoffmann chargé de réaliser un monument en mémoire du musicien. Cette oeuvre d'art est encouragée par Gustav Mahler lui-même, et fait une nouvelle fois l'objet de critiques violentes au nom de la morale.

 

1902-1903 : Ces années constituent un tournant dans l'oeuvre de Klimt, et une période d'intense créativité. Il entame la réalisation de son Cycle d'Or avec les Serpents d'Eau, le Portrait d'Adèle Bloch-Bauer, et Danaé.

 

1904 : Un riche banquier Belge Adolphe Stoclet lui commande la réalisation des mosaïques murales de la salle à manger d'un luxueux palais qu'il construit à Bruxelles sur les plans de l'architecte Hoffmann. La richesse décorative de Gustav Klimt éclate dans L'Attente et dans L'Accomplissement qu'il réalise pour Adolphe Stoclet.

 

1905 : Réalisation du tableau Le Baiser. Œuvre la plus représentative du génie de Gustav Klimt qui sera reproduite dans le thème de L'Accomplissement pour la fresque d'Adolphe Stoclet.

 

1908 : A partir de cette année, il quitte avec plusieurs de ses amis la Sécession qui selon lui tend à se scléroser, et il se consacre à la peinture de paysages ou de scènes allégoriques très ornementées, de plus en plus stylisées et aux couleurs vives qui le rapproche du pointillisme de Seurat, mais aussi de Van Gogh et de Bonnard.

 

Mais il s'intéresse aussi davantage à la peinture intimiste. Il réalise des portraits de femmes de grandes dimensions avec des compositions richement décorées pour flatter une clientèle riche et bourgeoise qui lui font des commandes.

 

1910 : Klimt participe à la Biennale de Venise où il retrouve le succès et la notoriété d'avant l'Aula Magna. Il reprend le titre qu'on lui avait attribué de "décorateur fin de siècle", de peintre de l'intelligentsia autrichienne, et d'inventeur de l'art décoratif.

 

1918 : Klimt décède le 6 février 1918 à Vienne à l'âge de cinquante-cinq ans d'une attaque d'apoplexie dans son appartement viennois en laissant inachevées de nombreuses toiles. Son oeuvre demeure aujourd'hui reconnue et admirée comme étant le déclencheur, et même le symbole de tous les mouvements en rupture avec l'ancienne tradition picturale qui virent le jour, du début du siècle à la Première Guerre Mondiale.

 

"Quiconque désire me connaître comme artiste - et c'est tout ce qui compte vraiment - doit regarder attentivement mes tableaux et tenter d'y glaner ce que je suis et ce que je veux." Gustav Klimt.

 

Source: gemini-films.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE GUSTAV KLIMT SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Amylee (artiste peintre) (dimanche, 31 juillet 2011 17:23)

    J'adore vraiment les tableaux de Gustav Klimt ! Je ne m'en lasse jamais.