mar.

07

juil.

2009

Biographie de l'artiste Jeff Koons

Découvrez la biographie de Jeff Koons né le 21 janvier 1955 à York en Pennsylvanie (USA). Koons est considéré comme le maître incontestable du kitsch. Son art peut être considéré comme le croisement entre les ready-made de Marcel Duchamp et le Pop Art d'Andy Warhol, le tout mêlé à l’imagerie populaire américain. Consultez la biographie de Jeff Koons et découvrez ses oeuvres.

Koons
Koons

Jeff Koons est né le 21 janvier 1955 à York en Pennsylvanie, il est sans conteste l'un des plus importants artistes vivants. Il est l'un des rares à avoir su dégager l'essentiel des courants avant-gardistes du siècle, il symbolise une spectaculaire rencontre entre les concepts de Marcel Duchamp, l'aura médiatique de Andy Warhol, l'artisanat d'art et l'imagerie populaire.

 

Jeff Koons essaie de faire de l'art pour le plus grand nombre. Il s'approprie des objets et essaie de "comprendre pourquoi et comment des produits de consommation peuvent être glorifiés", il dénonce la société de consommation et sa vulgarité. Il utilise toutes sortes d'articles populaires, d'abord des aspirateurs enfermés dans des caisses en Plexi et éclairés par des lampes fluo ou des ballons de basket flottant dans des aquariums puis des bibelots rococo, des souvenirs de bazar (lapins, bergères ou petits cochons en sucre, Michael Jackson ou Saint Jean-baptiste en porcelaine...).

 

Il transforme les symboles de la culture populaire américaine en icônes artistiques. Jeff Koons s'est intéressé à cette Low Culture (littéralement, "culture d'en bas") durant ses études d'art et de design, à Baltimore. Elle imprègne ses premières oeuvres, créées en 1977, à New York. Il travaille sur des fleurs et des jouets gonflables en plastique, puis sur des ustensiles d'électroménager. Ses premières créations s'inspirent du Ready-made, concept initié par Marcel Duchamp. Comme lui, Jeff Koons détourne des objets de la vie courante, mais accentue le procédé en mettant en scène des produits de la culture de masse de façon plus spectaculaire et moins réaliste que son inspirateur.

 

Koons se rapproche ainsi du Pop Art, incarné par l'Américain Andy Warhol, qui voulait abolir la frontière entre objet d'art et objet de consommation et concevait ses créations comme des produits médiatiques et industriels. Mais Koons amplifie ce détournement en jouant au sex-symbol et à la star des médias. En supprimant ainsi toute barrière avec la culture populaire, il anéantit le statut de l'artiste. Il ne fait pas de différence entre son art et sa vie, organise lui-même les campagnes publicitaires pour assurer la promotion de ses expositions.

 

En 1990, Jeff Koons présente avec Ileona Staller (la Cicciolina), qui symbolise pour lui "la vierge éternelle révélant les états ultimes de pureté et d'innocence", un travail autour d'Adam et Eve. Ils montrent, "à propos du désir et de la tentation", des photographies, des peintures, des statues de bois polychromes résolument kitsch et romantiques. Cette exposition "Made in Heaven" de statues et de photos représentant ses ébats avec la Cicciolina (star du cinéma porno italien) fait scandale à la Biennale de Venise. En 1992, Koons confirme son gout pour le spectaculaire en créant une sculpture en fleurs de onze mètres de haut, installée en 1997 à l'entrée du musée Guggenheim de Bilbao. Elle représente un chiot, baptisé Puppy.

 

Depuis quelques années le richissime artiste américain a tout du businessman et ne fabrique rien de lui-même. Ses lapins en acier inoxydable, ses chiots en porcelaine, tout comme ses toiles, sont entièrement réalisés par son armée de quelque... 70 assistants. Des artisans high-tech en blouse blanche qui, dit-on, pointent comme à l'usine et suivent scrupuleusement le cahier des charges élaboré par le maître. Jeff Koons se contente d'approuver ce qui sort de son atelier de manhattan : des oeuvres marketées pour être vendues aux gros collectionneurs plusieurs millions d'euros.

 

Ses oeuvres les plus célèbres sont Rabbit (un lapin en acier inoxydable), Puppy (un chien géant à base de plantes en fleur) Michael Jackson and Bubbles (une statue de Michael Jackson en porcelaine vendue 5,6 millions de dollars le 15 mai 2001 chez Sotheby's) et Jim Beam J.B. Turner Train (vendu 5,5 millions de dollars le 11 mai 2004 chez Christie's). Ses créations sont les plus chères au monde, dernier record en date : Balloon Flower, version chromée et géante d'un ballon de baudruche, vendue près de 26 millions de dollars le 30 juin 2008.

 

Jeff Koons est aujourd'hui le roi de l'art contemporain kitsch, choc et cher, même si selon lui il n'est pas le roi du mauvais goût, l'artiste rejette ce jugement. Pour lui, son oeuvre remet à plat la hiérarchie des goûts et permet d'ouvrir l'art au grand public, en traitant "de choses avec lesquelles tout le monde peut créer un lien" : l'enfance, la sexualité, la vie. Son ambition est de donner du bonheur aux gens, leur procurer jouissance et plaisir des sens.

 

"Dans mon travail j'essaie d'inclure tout le monde, d'éduquer les classes populaires sur le fonctionnement du système et de leur montrer comment être efficaces là-dedans, de leur donner une chance de s'exploiter eux-mêmes." Jeff Koons.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE JEFF KOONS SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0