mer.

09

déc.

2009

Gustav Klimt, Le Baiser (1907-1908), analyse d'oeuvre

Le baiser de gustav klimt
Le Baiser (1907-1908)

Avant de l'aborder sur cette toile, Klimt a traité le thème du Baiser dans une frise du palais Stoclet à Bruxelles. Il le transforme radicalement en décidant d'un fond d'or qui supprime toute illusion perspectiviste et enserre les corps auxquels n'est alloué que l'espace de leur étreinte, qui en paraît plus ardente encore. Que l'enlacement détermine le cadre même de sa représentation, c'est aussi ce que suggère la prairie parsemée de fleurs, qui s'interrompt à droite pour des raisons plastiques, et non réalistes, comme si elle n'avait d'autre fonction que de souligner la crispation des pieds de la femme.

 

La couleur éclatante qui auréole les deux corps est l'occasion de déployer des motifs abstraits décoratifs symboliquement distribués en trois zones. A la cape de l'homme sont alloués des rectangles dont la répartition, en bandes horizontales presque régulières, évoque à peine les plis du tissu. Au centre, les couleurs qui constellent la robe paraissent issues des fleurs du pré. Quant à la doublure de la cape, elle fait écho, par ses cercles concentriques, au tissu de la robe : le plus intime mêle le masculin et le féminin.

 

Ce que l'on perçoit des personnages et de leur chair facture l'emphase décorative : visages, bras et mains sont traités avec une minutie figurative synonyme d'intense émotion et du refus de la moindre mièvrerie. Les yeux clos de la femme, la courbe délicate de son épaule dénudée, le soin apporté à préciser la position de chaque doigt, signalent un abandon total, l'imminence d'un plaisir dont l'anticipation visuelle est proposée dans la continuité établie entre la chevelure parsemée de fleurs, la doublure et les guirlandes de feuilles dorées qui descendent jusqu'au bas de la composition, bafouant une fois encore toute prétention réaliste.

 

Aucun éclairage sur ce Baiser, pas davantage d'allusions à un environnement convenu : la lumière provient des corps eux-mêmes et de leurs vêtements, et l'espace qui les environne est vide. Mais le fond apparaît constellé d'un semis d'étincelles, sinon d'étoiles, qui indique combien l'univers entier est en connivence avec l'étreinte humaine. En inscrivant sur sa surface les preuves tangibles d'une sensualité qui se généralise, Gustav Klimt rompt avec ce qu'il y a trop souvent de décevant, ou même d'un peu graveleux, dans l'Eros modern style : il n'a nul besoin de dénuder les corps et, loin de transformer le spectateur en voyeur indiscret, c'est en proposant un spectacle pudique, mais composé de fortes tensions entre les éléments plastiques qui le composent, qu'il suggère l'omniprésence du Désir.

 

Au moment où Freud affirme que la libido se symbolise par les voies les plus diverses dans le comportement quotidien, Klimt en fournit la preuve visuelle : l'érotisme, dans le Baiser, investit de proche en proche, diffusant à partir des visages, la totalité du champ pictural : chaque fleur, chaque motif décoratif lui doit un surplus de sens et de présence. Les contemporains sont également choqués par le fondateur de la psychanalyse et par le peintre. Pour ce qui nous concerne, la fascination a remplacé l'effroi, et Le Baiser est devenu l'un des emblèmes d'une modernité qui admet qu'explorer les secrets de l'amour est affaire, non de perversion, mais de connaissance.

---> Retour à l'index des Analyses d'oeuvres Célèbres.

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    AA (samedi, 06 février 2010 17:07)

    L´artiste semble être placé légerement plus bas que le couple(contre-plongée)
    Ce point de vue est généralement adopté pour donner plus d´importance á ce que l´on voit.

  • #2

    AA (samedi, 06 février 2010 17:10)

    Le tableau peut aussi représenter
    l´impossible union de l´homme et de la femme !! L´homme ici domine la situation, il tient la femme contre lui er prend l´iniative du baiser... Seulement, on a du mal á savoir si la femme tient sa main ou si elle cherche á le repousser. Son visage peut paraître passif. En plus de tout cela, les formes géométriques de leurs vêtements sont totalement incompatibles !!

  • #3

    BB (mardi, 12 avril 2011 19:11)

    Quel est le mouvement artistique de l'oeuvre ?

  • #4

    Rigaud Mickael (mardi, 12 avril 2011 21:53)

    Symbolisme/Art Nouveau/Art décoratif

  • #5

    petithamster (mardi, 21 juin 2011 14:26)

    Salut AA, je ne suis pas tout à fait d' accord avec toi . Lorsque je contemple cette œuvre de Klimt,je vois une femme au visage apaisé, qui ferme les yeux , comme si elle voulait ressentir d' autant plus fort le baiser tendre ( car l' homme met les main derrière la tête de la femme et sur la joue comme pour la protéger )que l' homme lui donne . Cependant la main droite de la femme enlace l' homme sous sa tête avec des doigts recroquevillés , ce qui peut montrer une certaine tension chez la femme intériorisé . De plus, son épaule est très près de son visage ce qui peut soit montrer une certaine tension ou/ et montrer l' intimité .Ses jambes sont relevés donnant une impression de vouloir garder tout cet amour. De plus, Elle recroqueville le haut du corps ce qui peut marqué encore plus la sphère intime . Cependant, la force de l' amour vrai se répand tout de même du à sa puissance , et se répand sous forme de fleurs dorés . Le tableau est divisé en 2 parties . Si on regarde en haut et en droite, le fond du tableau est fleuri ce qui implique l' invasion de chez la femme de l' amour . Alors qu' à gauche le fond du tableau est brun avec des taches ponctuées dorés orange , qui permet de mettre en valeur le baiser de l' homme sur la femme . Encore on voit sur la tête de l' homme une trainés de points verts qui se dirige vers le cerveau de la femme montrant la symbiose entre ces 2 corps, qui n' est pas seulement physique mais surtout mentale . ces points verts pontués entoure la tête de la femme . On pourrait penser que c 'est la protection de l' homme envers la femme . Et à droite du tableau le fond est vert en majorité.
    On peut encore penser que l' homme et la femme sont en osmose avec une apparence apaiser, mais la partie droite du tableau montre cette explosion intérieure de la femme et surement aussi de l' homme par son fond vert et fleuri .
    On constate aussi une femme au dessus de la couverture habillé, amplifiant de ce fait la force mentale de l' amour, comme pour laisser à l 'homme son regard pudique et vrai chez la femme . cela peut montrant aussi de la pudeur mais on pourrait penser que Klimt n' a pas mi la femme nu car il voulait que le spectateur se concentre sur autre chose . sa robe dévoile son épaule et laisse suggérer la sensualité chez la femme . La robe est moulante et coloré amplifiant la sensualité de la femme.le bas du corps est plus mince et notre regard se porte plus du coup vers le visage de l' homme et la femme , mais ! Sous le sexe caché de la femme une forme géométrique blanchatre coupe avec le reste du tableau , ce qui montre un désir aussi sexuel , donc l' homme et la femme serait en osmose mentale et physique. Les motifs sur l ' homme et la femme sont différents. Chez la femmes les motifs sont ronds alors que chez l 'homme les motifs sont rectangulaires mais dorés et noirs . Je peux constater aussi des pluies de points en majorité de couleur rouge dominante en haut du tableau . Bref, il y a encore beaucoup de chose à voir dans ce tableau( c 'est un résumé plutot grossier que j' ai fait) , mon expression écrite est peut être mal formulé mais j' espère tout de même que vous y verrez ce que je veux vous faire voir. Cela dit, c' est de l' interprétation . Et un tableau a l' avantage de laisser libre choix aux spectateurs et lui laisser libre court à son imagination .

  • #6

    moi même (lundi, 17 mars 2014 21:36)

    Bonjour, quels sont es lien que l'on peut faire avec cette oeuvre?

  • #7

    Matteo (samedi, 14 mars 2015 17:56)

    Quel est la nature , le style et la facture de l'oeuvre