jeu.

27

janv.

2011

Le mouvement du Land Art (landscape Art)

Gambastyle araignée en mousse sur feuille morte
Gambastyle, (?), 2008

Le Land Art apparaît à la fin des années soixante aux Etats-Unis. Il propose une nouvelle version, à la fois monumentale, minimale et conceptuelle, du traitement artistique du paysage. Ce mouvement artistique contemporain utilise les matériaux de la nature (Neige, glace, feuilles, fleurs, baies, tiges, bois, branches, boue, galet, sable...) pour créer sur place des oeuvres "Earthworks" souvent éphémères compte tenu des intempéries.

 

Les artistes du Land Art effectuent des interventions sur ou dans le paysage "in situ" (à la campagne, dans le désert, plus rarement en mer et en ville), et le modifient de manière provisoire ou durable. Ils veulent établir une communion intime avec la nature, éloigner l'art des musées et des galeries. Ils refusent de produire pour les collectionneurs et les marchands qui s'inscrivent dans le circuit d'art traditionnel qu'ils qualifient de monde de la consommation. Ses artistes s'inspirent des sites archéologiques et sacrés. Certains ajoutent à leurs oeuvres des éléments étrangers (Christo et Jeanne-Claude, Walter De Maria), d'autres se contentent d'utiliser les matériaux existants (Hamish Fulton, Michael Heizer, Richard Long, Robert Smithson).

 

Les artistes du Land Art veulent donc quitter les musées et les galeries avec leurs restrictions et véritablement "sortir des sentiers battus". Les artistes utilisent des matériaux de la nature (bois, terre, pierres, sable, rocher...) et creusent, déplacent, transportent, accumulent, griffent, tracent, plantent. Ils introduisent aussi des produits manufacturés. C'est souvent le cas pour des artistes comme Walter De Maria (400 poteaux d'acier attirant la foudre dans le désert du Névada) et Christo (2 700 parasols jaunes ou bleus sur la côte californienne et simultanément au Japon). Cette tendance vise donc à faire sortir l'art des galeries pour le placer en relation directe avec le monde moderne.

 

Les artistes travaillent souvent dans des lieux éloignés et c'est alors que la photographie retrouve un rôle essentiel pour montrer, témoigner et garder une trace des oeuvres réalisées afin de les fixer dans le souvenir collectif. Des croquis, des maquettes, des plans, des reportages et  des vidéos sont présentés ensuite au public et permettent ainsi à l'artiste de vivre et de réaliser d'autres œuvres.

---> Retour à l'index des Mouvements Artistiques.

Écrire commentaire

Commentaires : 0