mer.

07

mars

2012

Biographie de l'artiste Jean Arp

Découvrez la biographie de Jean Arp, un artiste allemand puis français qui a été à la fois peintre, sculpteur, poète et surtout Cofondateur du mouvement Dada avec Tzara à Zurich en 1916. Il fut proche ensuite du surréalisme.

Jean arp
Arp

Jean Arp connu également sous le nom de Hans Arp, né le 16 septembre 1886 à Strasbourg en France d'un père allemand fabricant de cigares et d'une mère alsacienne, est un sculpteur, créateur de collages, graveur et poète dadaïste. Il a choisi ce double prénom de Jean et Hans pour illustrer sa double appartenance linguistique et culturelle.

 

En 1910, Jean Arp réalise des sculptures abstraites et se mêle au mouvement de l'avant garde. Il va en Suisse et fonde les dadaïstes de Zurich en 1916 avec Tristan Tzara. Les dadaïstes cherchent à utiliser l'art comme forme de subversion contre l'ordre bourgeois. Leur révolte n'est pas uniquement dirigée vers l'esthétique académique. Ils pensent également que les attitudes des bourgeois aggravent les années d'austérité qui suivent la guerre et son carnage, et ils préconisent un retour à l'ordre par la nature.

 

Certains artistes réagissent par une palette plus vive ou un travail plus ludique et humoristique, comme Arp, qui réalise des compositions en ficelle clouée à la toile et des reliefs en bois, à l'image de "Moustaches" (1925), qui intègre des motifs de moustaches, de chapeaux et de cravates pour se moquer de l'arrogance bourgeoises et de l'ordre hiérarchique. Sans doute parce que la guerre et l'épidémie de grippe de 1918 font prendre conscience à Arp que la vie est fragile, il tente des expériences sur la spontanéité et la composition automatique. Il en résulte des collages de hasard comme "Collage de carrés agencés selon les lois du hasard" (1916-1917), qui consiste en morceaux de papier déchiré lâchés au-dessus du papier et fixés à l'endroit où ils tombent.

 

Au cours des années 1920, il fonde avec Max Ernst les dadaïstes de Cologne et retourne vivre à Paris. Il flirte avec le surréalisme mais rompt avec le mouvement en 1931 avant d'établir le groupe d'abstraction-création. Arp continue de développer son art selon le thème du hasard en produisant "Sculpture à être perdue dans la forêt" (1932), sculpture qu'il abandonne dans les bois près de chez lui afin que les gens la découvrent. Restant fidèle à son désir d'imiter la nature, il donne à ses sculptures des formes biomorphiques qui les font ressembler aux pierres, à la végétation ou aux plantes. Son œuvre est en  effet orienté vers la recherche de la plus grande pureté formelle, dans une sorte de procédé analogue à celui de la croissance de la nature.

 

En 1954 Jean Arp obtient la consécration en recevant le grand prix de sculpture de la Biennale de Venise. Il reçoit d'ailleurs durant sa carrière d’importantes commandes publiques de sculptures monumentales: La cité universitaire de Caracas (1953), le palais de l'Unesco à Paris (1956) ou l'université de Bonn (1961).En 1958, le MOMA (Museum of Modern Art) de New-York lui consacre une exposition personnelle. En 1962, c'est au tour du Musée National d'Art Moderne de Paris d’organiser une rétrospective, laquelle voyagera de Bâle à Londres en passant par Stockholm et Copenhague. En 2008, le Musée d’Art moderne et contemporain de la Ville de Strasbourg organise l'exposition ART IS ARP, exposition qui tire son nom de la citation de Marcel Duchamp "For Arp, art is Arp".

 

Jean Arp est mort à Bâle en Suisse le 7 juin 1966 à l'âge de 80 ans. Un grand nombre de ses œuvres sont aujourd'hui exposées au musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg, qui lui consacre un espace central. Son nom a également été donné à la place servant de parvis à ce musée, ainsi qu'au bâtiment de l'École nationale d'administration. En 1979, sa deuxième épouse, Marguerite Hagenbach,créé la fondation Arp au sein de sa maison-atelier de Clamart.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE ARP SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0