lun.

14

janv.

2013

Autoportrait à Saint Remy (1889)

Autoportrait Vincent van Gogh (1889)
Autoportrait Vincent van Gogh (1889)

Comme Rembrandt et Goya, Vincent van Gogh s'est fréquemment pris lui-même pour modèle ; on compte plus de 43 autoportraits, peints ou dessinés, en une dizaine d'année de travail. Ainsi écrit-il à sa sœur: "Je recherche une ressemblance plus profonde que celle qu'obtient le photographe". Et plus tard à son frère : "On dit et je le crois volontiers, qu'il est difficile de se connaître soi-même. Mais il n'est pas aisé non plus de se peindre soi-même. Les portraits peints par Rembrandt, c'est plus que la nature, ça tient de la révélation".

 

Tout au long de sa vie, Van Gogh a peint des autoportraits, comme s'il cherchait désespérément à découvrir sa propre identité. Les autoportraits de Vincent Van Gogh constituent sans doute l'un des témoignages les plus surprenants de la peinture contemporaine. Ce visage d'une dureté inoubliable, conservé au musée d'Orsay fut peint en 1889. Il y avait un an que, sur les conseils de Lautrec, il s'était installé à Arles, en Provence, s'émerveillant devant la passionnante couleur du paysage que ses toiles devaient, dès lors, immortaliser. Ce coloriste génial, qui ne sut s'attirer que la méfiance de ceux dont il voulait se rapprocher, fut un authentique poète de la peinture, le père de l'Expressionnisme et du Fauvisme.

 

Dans cet autoportrait de 1889, Vincent se montre moins tragique que dans les précédents. Cadré en buste, l'artiste se présente en veston, tout concentre l'attention sur le visage. Van Gogh croyait à l’importance des couleurs pour traduire un état d’âme. Il a  donc choisi ici des couleurs froides pour donner plus d’intensité à son portrait et l’artiste s'est peint avec une touche vigoureuse et nerveuse. Tout dans ce tableau est le reflet du tumulte intérieur et de l’intensité des sentiments passionnels qui habitent Van Gogh. Son regard, qui semble n'avoir jamais cillé, révèle une force intérieure peu commune, qui allait au-delà des choses humaines et devait le conduire à la folie.

 

"Je voudrais faire des portraits qui, un siècle plus tard, aux gens d'alors, apparaissent comme des apparitions. Donc je ne cherche pas à faire cela par la ressemblance photographique, mais par nos expressions passionnées." Van Gogh.

---> Retour à l'index de L'Histoire du visage dans l'Art.

Écrire commentaire

Commentaires : 0