ven.

18

avril

2014

Marc Riboud : PHOTOS XXe

Marc Riboud est l'un des plus grands photographes français de ces dernières décennies et est mondialement connu. Il est le précurseur de ce qu'on appellera, le photojournalisme. Marc Riboud est né à la photographie sous la double autorité d'Henri Cartier-Bresson et de Robert Capa. Voyageur promeneur, plutôt que globe-trotter, cet "humaniste qui a le souci de la forme", comme dit son ami éditeur Robert Delpire, a choisi très tôt d'aller voir le monde, en quête de rencontres et de la bonne photo: "Si je voyage, c’est pour voir le monde. Et pour montrer ce que je vois".

 

En 60 ans de photographie, Marc Riboud a donc parcouru la planète et s'est imprégné des lieux et des gens. Sur son site, en ouverture de page on peut lire: "Rather than a profession, photography has always been a passion for me, a passion closer to an obession" (Plus qu'un métier, la photographie a toujours été pour moi une passion proche de l'obsession). L’Inde, la Chine, le Vietnam, les États-Unis, le Moyen-Orient… il a sillonné le monde pour couvrir les événements majeurs du XXe siècle, évitant toute recherche d’effet et de violence. Tout en respectant les règles du photojournalisme et de l’esthétique, l’œuvre de Marc Riboud témoigne donc de la beauté du monde à travers le chaos politique et social. Des chroniques de vie, pleines d’humour et d’humanité à capter avec plaisir.

 

Marc Riboud est un de ces photographes qui laisse une trace indélébile dans le monde du photoreportage ; il a fixé à jamais des moments de l'histoire qui nous ont marqués au fil des générations. On lui doit en effet quelques-unes des icônes du siècle dernier comme "Le peintre de la tour Eiffel" ou encore "La jeune fille à la fleur" qu'il a photographiée lors d'une manifestation contre la guerre du Vietnam.

 

"Mon obsession: photographier le plus intensément possible la vie la plus intense. C’est une manie, un virus aussi fort pour moi que le réflexe d’indépendance. Et si le goût de la vie diminue, les photos pâlissent parce que photographier, c’est savourer la vie au 1/ 125 de seconde". Marc Riboud.

 

En savoir plus sur le site Lankaart.

---> Retour Blog Art Contemporain.

Écrire commentaire

Commentaires : 0