mar.

25

nov.

2014

La mosquée Sainte-Sophie, le chef-d'oeuvre d'Istambul

La mosquée Sainte-Sophie à Istambul en Turquie
Sainte-Sophie (Turquie)

L'empereur byzantin Justinien fait construire l'église au VIème siècle de notre ère. L'Empire byzantin, fondé en 330, crée la première civilisation chrétienne florissante depuis la chute de l'Empire Romain. Sa capitale, Constantinople (aujourd'hui Istambul), se dresse sur le site de l'ancienne cité grecque de Byzance. Elle commande le Bosphore, le mince détroit qui relie la mer Noire aux Dardanelles et à la Méditerranée. La ville sert de lien culturel et géographique entre l"Europe, le Moyen-Orient et l'Asie. Elle s'enorgueillit de son plus beau monument: Sainte-Sophie (ce qui signifie "Sainte Sagesse" ou "Sagesse Divine"). En turc, Sainte-Sophie est appelé Ayasofya.


Justinien engage les architectes Anthémius de Tralles et Isidore de Millet. Leur projet est un chef-d'oeuvre de style byzantin. Le dôme central a plus de 30 mètres de diamètre et, jusqu'au sommet, plus de 50 mètres de hauteur. Ses 40 fenêtres placées autour de la base font croire que la coupole est suspendue par le haut plutôt que supporté par le bas. Pour garnir les parois et les sols, une armée d'ouvriers et d'artisans apportent du marbre (blanc de Marmara, vert de l'île d'Eubée, rose des carrières de Synnada et jaune d'Afrique) et du granit de carrières aussi lointaines que celles de la côte atlantique française. Comme les autres lieux sacrés de l'Antiquité, l'édifice est richement orné: De splendides mosaïques compliquées recouvrent de vastes portions des murs et du plafond. L'or, l'argent, les pierres précieuses, l'ivoire abondent à l'intérieur. Deux tonnes d'argent sont utilisées rien que pour le sanctuaire derrière l'autel. Le travail est achevé en cinq ans seulement (entre 532 et 537 de notre ère). On peut estimer son coût à environ 150 millions d'euros actuels.


Puis viennent les catastrophes: Des tremblements de terre ravagent la ville et une partie de la coupole s'effondre. Justinien ne se décourage pas et la fait reconstruire. Sept siècles plus tard, en 1204, les croisés chrétiens en route pour la Terre Sainte où ils vont combattre le Turc infidèle attaquent Constantinople et dépouillent l'église de la plupart de ses trésors. En 1346, la coupole s'effondre à nouveau en partie. En 1453, Sainte-Sophie, bien que restaurée et toujours impressionnante, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Sa deuxième époque de splendeur, en tant que mosquée, commence. Le sultan Mehmed II fait réparer et consolider l'édifice; Il lui ajoute un haut minaret, d'où les muezzins appellent les fidèles à la prière, selon la tradition islamique. Ses successeurs ajouteront d'autres minarets, orneront l'intérieur de bassins de marbre blanc, d'urnes en albâtre et d'un trône de marbre. Ils suspendront aussi à la coupole six énormes médaillons verts portant le nom d'Allah, celui du prophète Mahomet et ceux d'autres pères de la foi.


Pendant encore cinq siècles, la mosquée est employée au culte musulman. Mais en 1935, douze ans après la chute de l'Empire ottoman et l'établissement d'un Etat turc laïque, la mosquée est transformée en musée (musée de l'Aya Sofya). Dès lors, on rend à la plupart des mosaïques leur ancienne splendeur. Aujourd'hui la masse de Sainte-Sophie, sa coupole et ses minarets dominent encore les rives d'Istambul, du haut de 1400 ans d'histoire et à la gloire de deux grande religions. Baignée de lumière, Sainte-Sophie est peut-être un des monuments les plus admirés du monde et c'est sûr l'un des plus visités.

---> Retour à l'index des Constructions Anciennes.


Écrire commentaire

Commentaires : 0