lun.

10

avril

2017

Francis Bacon Selfportrait (Autoportrait)

Francis Bacon - 1971 (Autoportrait)
Francis Bacon - 1971 (Autoportrait)

Selfportrait est une Huile sur toile du peintre Francis Bacon (35,5 x 30,5 cm) exposé à Paris au Centre Georges Pompidou. Ce tableau représente donc le peintre, tel qu’il se voit de l’intérieur, avec son sentiment de mal être. La tête est disproportionnée par rapport aux épaules qui semblent très frêles. Au premier plan, on voit donc une figure déformée, en gros plan. Elle occupe tout l’espace. Avec ses grands aplats de couleurs sombres (noir, gris, vert , rouge et orangé) cernés par un fond noir qui contraste, il heurte le regard. Impossible de distinguer les traits du visage tant les contours sont flous, torturés, sinueux. L’artiste perd son identité en même temps que son visage. Pourtant, il s’agit bien d’une figure humaine, torturée par le mouvement, déformée et qui occupe tout l’espace. De temps en temps on croit distinguer un élément qui se fond aussitôt dans une masse informe, comme agitée par des émotions trop fortes. La lumière laisse une partie du visage dans l’ombre, comme si le modèle avait laissé derrière lui une part de son humanité ; comme si le peintre voulait cacher aux autres son côté sombre, ses pensées secrètes, et ne laissait affleurer que des émotions qu’il ne peut contenir. Les traits torturés créent de la violence. L'artiste malaxe la chair pour en faire jaillir les émotions, la souffrance de son moi intérieur. Le spectateur est alors mal à l’aise devant cette masse informe.

 

"Vous savez, pour moi la peinture... Et pus je viellis, plus c'est vrai... Est un accident. Je la conçois, mais je n'arrive presque jamais à ce que j'avais prévu. Elle se transforme elle-même. En fait, je sais rarement ce que sera la toile et beaucoup de choses se produisent par accident, parce que cela devient un procédé de savoir quel élément de l'accident je vais choisir de préserver". Francis Bacon.

---> Retour à l'index de L'Histoire du visage dans l'Art.

Écrire commentaire

Commentaires : 0