Autoportrait, Joan Miro (double auto-portrait)

 Joan Miro - Autoportrait - 1937/1938~1960
Autoportrait

Sur une copie d'un de ses autoportraits peint en 1937 où il se représente en train de peindre les étoiles (aujourd'hui exposé au MOMA de New York), Miro esquissa grossièrement une figure avec de forts coups de pinceau noirs et y ajouta quelques petits aplats de couleurs. Le double auto-portrait superpose donc deux moments différents du cheminement artistique de Joan Miro. La couche inférieure est une copie au crayon d'une peinture commencée en 1937, où les traits de l'artiste fusionnent avec la symbolique de son monde personnel; au-dessus en 1960, il a dessiné un graffiti hautement synthétique. Le visage identifiable du peintre est remplacé par une figure anonyme et impersonnelle qui renvoie à une ligne primitive et universelle. Cela peut sembler être un acte un peu barbare parce qu'il a presque complètement détruit le dessin délicat qui se trouve dessous.

 

Pourtant, il était caractéristique d'un changement radical dans la pratique de son art, d'une nouvelle vision de l'artiste, qui débuta dans les années 1960 et qui le lança alors dans une nouvelle recherche créative immensément productive. Miro a, à travers cette nouvelle oeuvre, attaqué, pour ainsi dire, une vieille image de lui-même et donc aussi une idée que les gens avaient eue de lui et de son art durant toutes ces années. Le maniériste hyper sophistiqué que l'on retrouvait dans ce portrait: "Je me suis servi de miroirs grossissants, le genre de ceux que les gens utilisent pour se raser. Je les ai posés de chaque côté de mon visage, et j'ai dessiné tout ce que je voyais, de façon très minutieuse", devait céder la place à un nouveau Miro plein d'énergie et de vitalité. Le dessin brut avec ses larges coups de pinceau noirs rapides et vigoureux n'était pas seulement destructeur mais produisait aussi quelque chose de totalement nouveau. Cette oeuvre importante reflète un moment d'auto-réflexion dans l'œuvre de Miro, c'est avec celle-ci qu'il a trouvé sa place dans le mouvement de la peinture avant-gardiste du XXe siècle.

 

"Souvent, le vieux tableau n'était plus qu'un point de départ, mais il restait toujours quelque chose du travail de l'artisan, expliqua-t-il, et je repartais sur une nouvelle aventure. De la toile antérieure tout ce qui existait devenait un simple support, une référence". Joan Miro.


---> Retour à l'index de L'Histoire du visage dans l'Art.

Écrire commentaire

Commentaires: 0