Autoportrait face à la mort, Pablo Picasso

Pablo Picasso - Autoportrait face à la mort - 1972
Autoportrait face à la mort

L'autoportrait face à la mort (1972 / Mine de plomb et crayon à la cire sur papier / 65,7x50,5 cm / Fuji Television Galery, Tokyo) est son ultime autoportrait réalisé environ 9 mois avant sa mort. Il lui demanda plusieurs mois avant de pour pouvoir le finir. Ces dernières années riment avec solitude. Matisse, Braque, Cocteau… tous ses amis sont morts. Dans cet autoportrait, la tête du peintre occupe toute la surface du support, elle est démesurément grande par rapport aux frêles épaules qui la soutiennent. Les traits sont durs, secs et anguleux. Le visage est creusé, presque squelettique. Le nez et les yeux asymétriques (pupille dilatée que du côté gauche) sont eux aussi exagérément grands. La forme du visage rappelle à la fois celle d'un crâne et celle d'un masque africain du fait de la simplification géométrique des formes utilisées pour construire le visage.

 

Au niveau des couleurs, deux teintes sont dominantes; rose et vert pastels. Le visage est en vert tandis que l'arrière plan gauche et les cheveux semblent roses. Les deux couleurs se fondent. Une barbe noire et bleue recouvre le bas du visage, ses rides sont forcées et bleues, ses sourcils sont marrons et très peu marqués. Les couleurs utilisées dans ce dessin sont des couleurs froides: des bleus et violets allant jusqu'au magenta (rouge primaire) ainsi qu'un un bleu-vert, beaucoup de blanc qui rend les couleurs pastel, le tout rehaussé de graphisme noir. Une ombre rouge magenta est projetée à la gauche de la tête et des stries rouges couvrent le haut du crâne. On constate que Picasso multiplie les formes, hachures pour les cheveux en haut à droite, ronds pour la barbe et les narines et coloriage chaotique pour le cou et la barbe du menton. L'ensemble se rapproche d'un dessin d'enfant ou d'un masque plus que d'un autoportrait.

 

Cet autoportrait est à la fois violent et fragile. Fragilité soulignée par le choix des couleurs pastel et par la forme des sourcils relevés qui apportent au regard un air déconcerté et égaré. Violent par son format qui ne laisse la place à rien d'autre, par ses traits épais qui cernent les éléments du visages et par le griffonnage agacé du bas du portrait. Pablo Picasso est à l'extrémité de sa vie, il est malade, fatigué (son visage est creusé et marqué par les cernes). Il sait qu'il lui reste peu de temps et pourtant il a encore tellement de choses à peindre! Il semble désemparé, à la fois inquiet (voir les deux rides frontales) et impuissant face à cette fatalité. Son regard est troublant et poignant, il s'en émane un sentiment de tristesse et de détresse. Le grand Picasso dévoile ici finalement sa vulnérabilité. "L'autoportrait face à la mort" ne concerne plus seulement le spectateur ni une démarche artistique, il concerne le peintre lui-même. C'est le peintre regardant droit dans les yeux sa fin proche.

 

Cet Autoportrait face à la mort est donc le dernier autoportrait de l’artiste. Ce portrait est à la fois ressemblant et semble être une allégorie de la mort. Il montre le visage de l’artiste fusionnant avec un crâne. Expression d’une terreur et d’une plongée en lui-même, la mort semble déjà ronger le tableau: le visage, disproportionné, se creuse, se teinte de bleu, s’efface et se fait crâne. Finalement, l’autoportrait ne serait-il qu’une "vanité" ? Il exprime, comme un cri muet, la peur universelle de l’homme face à la mort. Picasso a écrit: "toute ma vie, j’ai cherché à dessiner comme un enfant". Dans ce tableau, son dernier autoportrait, (peint à l’âge de 92 ans) Picasso a peut-être réussi effectivement à redevenir un enfant craintif, qui exprime simplement sa détresse.

 

"Nos morts continuent de vieillir avec nous.”, Pablo Picasso.


---> Retour à l'index de L'Histoire du visage dans l'Art.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Tybio (vendredi, 20 septembre 2019 09:17)

    c'est vilain. PAS BEAU !!!