lun.

22

mars

2010

Biographie du peintre Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage

Découvrez la biographie du célèbre peintre Le Caravage. Au début du 17e siècle, un artiste italien révolutionne la peinture. Il s'appelle le Caravage. Ses tableaux sont tellement appréciés qu'ils influencent de nombreux autres peintres dans toute l'Europe. Rapidement, un grand courant artistique apparaît: le caravagisme.

Autoportrait du caravage
Le Caravage

Le Caravage (29 septembre 1571) est l'un des peintres rebelles les plus admirés de nos jours, car il rassemble toutes les caractéristiques du génie artistique: une personnalité marginale et un talent original, alimenté par l'instabilité, l'excès de boissons, les bagarres, les dettes, la fréquentation d'escrocs, l'emprisonnement, la condamnation pour meurtre, l'errance et une mort prématurée. Sa peinture est celle d'un autodidacte pour une bonne part, mais son naturalisme puissant et nouveau en fait un des plus grands peintres du XVII ème siècle Initiateur du clair-obscur, il donna son nom à un mouvement, le caravagisme, qui s'étendit à l'ensemble de l'Europe, particulièrement en Espagne et aux Pays-Bas.

 

Le Caravage, ainsi nommé d'après sa ville natale, même si on ignore toujours s'il est né à Caravaggio (Lombardie) ou à Milan, car bien qu'il ait passé son enfance dans la première de ces villes, son père (mort prématurément de la peste en 1577) travaillait comme architecte dans la seconde à l'époque où il est né. Sa mère meurt quand il est adolescent (1584). Lorsque le Caravage part pour Rome, passant par Venise, Crémone, Milan et Bologne et commence sa carrière, il est non seulement orphelin mais déjà très endetté. Il possède une certaine technique et a une connaissance partielle de la peinture vénitienne, notamment de la lumière et de la couleur. Ses oeuvres de jeunesse sont en majorité des portraits énigmatiques, tel son remarquable autoportrait Bacchus malade (1593-1594). L'artiste vit en exécutant des commandes pour des collectionneurs privés, notamment la Cardinal Francesco Del Monte qui l'héberge dans son palais en 1595.

 

Vers 1600, le Caravage suscite déjà beaucoup d'admiration, bien que les puristes critiquent son manque d'apprentissage formel et l'absence d'esquisses de préparation, car il dessine directement sur la toile et peint ensuite. Il obtient de prestigieuses commandes de peintures religieuses, telle La Mise au tombeau (1602-1603), mais nombre d'entre elles sont refusées pour leur excès de réalisme. Son approche singulière -ses clairs-obscurs saisissants et la passion exprimée sur ses toiles- émeut les gens du peuple. L'oeuvre du Caravage a toujours déclenché la controverse. Le réalisme de certaines de ses oeuvres est considéré comme blasphématoire par leurs commanditaires ecclésiastiques. La Mort de la Vierge (1601-1606) est rejetée par l'Eglise non seulement parce que son modèle est une prostituée mais aussi parce que le ventre gonflé et les jambes dénudées de la Vierge sont d'un réalisme saisissant. On a beaucoup glossé sur l'homosexualité du Caravage, que nombre de spécialistes jugent être une interprétation moderne erronée.

 

En 1603, le peintre Giovanni Baglioni, porte plainte contre lui et plusieurs autres artistes pour diffusion de poèmes diffamatoires, Le Caravage est incarcéré le 11 septembre et libéré le 25, grâce à l'intervention de l'ambassadeur de France. En 1604, nouvelle arrestation au mois d'octobre, pour agression envers un gendarme. En mai 1605, le peintre est arrêté pour port d'arme illégal, en juillet une plainte est de nouveau déposé conte lui pour coup et blessures sur un notaire, Mariano Pasqualone, que Caravage blesse gravement au visage avec un poignard. Il s'enfuit à Gènes, puis présente ses excuses et la plainte est retirée. L'artiste revient à Rome et et en 1606, le Caravage doit à nouveau s'enfuir après avoir tué un homme (un certain Ranuccio Tomassoni) en duel, il rejoint Naples, puis Malte et la Sicile.

 

Malgrés son tempérament sanguin et bagarreur, il continue à recevoir des commandes de collectionneurs privés et explore une nouvelle approche de la peinture plus méditative, sans doute marquée par la culpabilité. Il meurt le 18 juillet 1610, probablement des suites d'une fièvre (Malaria), à l'âge de trente-neuf ans, alors qu'il tente de revenir à Rome pour obtenir sa grâce. Sans qu'il ne l'ait jamais su, celle-ci lui avait déjà été accordée. Il a fallu attendre les travaux de Roberto Longhi à la fin du XIXe pour redécouvrir en lui un des grands réformateurs de la peinture, égarée à la fin du XVIe dans le maniérisme de la Haute Renaissance ou dans les excès baroques de la Contre-réforme. Mais l'Europe du temps du Caravage n'était pas prête à contempler la vérité brute, toute ordinaire et banale à laquelle il voulait faire place dans la peinture.

 

"Mon métier est celui de peintre. Quand je dis qu'un homme a du talent, je veux dire qu'il réussit dans son art ; ainsi, un peintre de talent est un peintre qui peint bien, et qui imite bien les choses de la nature." Le Caravage.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE LE CARAVAGE SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0