jeu.

27

janv.

2011

Le mouvement Pointilliste (Pointillisme, Divisionnisme, Néo-impressionnisme)

un dimanche après-midi à l'Ile de la Grande Jatte, de Georges Seurat 1886
Seurat, Un dimanche après-midi à l'Ile de la Grande Jatte, 1886

Le mot apparaît en 1886 sous la plume du critique Arsène Alexandre pour désigner un style qui persiste jusqu'au début du XXème siècle. Il s'agit d'un procédé pictural, appelé aussi "divisionnisme" ou "pointillisme", mis au point par Georges-Pierre Seurat. Le chef de file du néo-impressionnisme conteste et rationalise les expériences instantanées et subjectives des impressionnistes (Impressionnisme). Il étudie les ouvrages scientifiques relatifs à la perception des couleurs, notamment De la loi du contraste simultané des couleurs (1839) du chimiste Michel-Eugène Chevreul. La Grammaire des arts du dessin de Charles Blanc, qui étudie la façon dont les lignes induisent les émotions, joue un rôle important, et plus encore la peinture d'Eugène Delacroix.

 

Les peintres préparent soigneusement le bois ou la toile et élaborent lentement le tableau en plusieurs couches superposées. Une bordure peinte ferme la composition, le cadre se couvre de points colorés et l'oeuvre, protégée par une vitre, reçoit rarement une couce de vernis. Ils choisissent leurs sujets dans la vie moderne des usines et des travailleurs. Ils s'intéressent aux divertissements populaires : le café-concert, la fête foraine, le cirque, mais restent attachés au paysage, à la campagne, à la mer, au nu et au portrait. Les oeuvres montrent une image stable, synthétique, où les lignes de composition évoquent l'émotion. Les formes dessinées avec précision restent plates et transparentes. La synthèse entraîne la stylisation décorative. Les artistes mettent à profit les propriétés des couleurs et utilisent les teintes du prisme et leurs tons intermédiaires. Ils appliquent la théorie du mélange optique en constituant la dernière couche de petites touches de tons divisés (divisionnisme). Les pigments conservent ainsi leur éclat et confèrent un effet vibrant au tableau. Le clair-obscur, obtenu par les contrastes colorés, insiste sur l'effet lumineux. Les petites touches, dont l'aspect suggère l'appellation de "pointillisme", restent proportionnées à la dimension du tableau et s'orientent suivant les contours et les lignes de composition.

 

Le style se diffuse à l'étranger dès 1887 et doit principalement, son audience à la participation active de Paul Signac et à son ouvrage D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, paru en 1899. Albert Dubois-Pillet, Georges-Pierre Seurat, Paul Signac et Odilon Redon fondent en 1884 la société des Artistes indépendants qui leur permet d'exposer leurs oeuvres librement en marge du Salon officiel. Anarchistes pour la plupart, les néo-impressionnistes attribuent un rôle social à la peinture et reçoivent le soutien des écrivains symbolistes comme Verhaeren. Ce mouvement important inaugure l'intérêt du tableau pour lui-même en dehors du sujet représenté.

 

Source : Comprendre et Reconnaître.

---> Retour à l'index des Mouvements Artistiques.

Écrire commentaire

Commentaires : 0