sam.

09

avril

2016

Autoportrait Frida Kahlo (La colonne brisée)

La Colonne Brisée
La Colonne Brisée

Le 17 Septembre 1925, une jeune fille mexicaine âgée de 17 ans appelé Frida Kahlo a été la victime d'un terrible accident de bus. Elle n'a pas été tuée, mais le choc violent eu de terribles séquelles, lui cassant la colonne vertébrale, les côtes, le bassin et la jambe droite. Il a également endommagé son utérus, lui faisant perdre la possibilité de donner un jour naissance à un enfant.

 

"La colonne brisée" (Huile sur panneau 40x34 cm de 1944, conservé au musée de Mexico) est un témoignage impitoyable de la souffrance qui à accompagné Frida tout au long de sa vie. L'artiste elle-même s'est représenté dans un paysage hostile et infertile comme elle: Le ciel couvert et la terre aride et désertique parsemée de crevasses reprennent le motif de la blessure. En effet, sa poitrine nue symbole de féminité malgré tout est enserrée dans un corset orthopédique en métal est traversée d'une violente déchirure dans toute la longueur de son buste. Elle nous permet d'observer ce qui ressemble à une colonne de pierre antique de style ionique (colonne qui, dans l’Antiquité, soutenait les monuments, si elle se cassait, les bâtiments tombaient également) -cassées en plusieurs pièces- remplaçant sa colonne vertébrale. Celle-ci symbolise les conséquences du terrible accident de bus ainsi que la grande fragilité qui en découle.

 

De plus comme vous pouvez le remarquer, plusieurs endroits du tissu de sa robe et de sa peau sont également transpercés par une multitudes de clous placés exactement aux endroits ou la souffrance de Frida est la plus exacerbée s (colonne vertébrale / jambe droite / seins / bras). Les autres clous situés au niveau de son visage sont eux là pour figurer la douleur mentale de l'artiste. En outre, Frida Kahlo a exagéré sa "laideur", en accentuant la pilosité de ses sourcils et celle de sa bouche. L'artiste ne montre aucune pitié pour elle-même comme souvent dans ses auto-portraits mais pour autant ils peuvent être considérés aux premiers abords comme paisibles, alors que la plupart du temps ce sont de terribles gémissements intérieurs. D'ailleurs nous pouvons voir de nombreuses larmes coulées sur son visage, Frida souffre que son corps soit devenu une véritable prison et l'empêche pleinement de vivre sa vie de femme.

 

Frida Kahlo présente donc dans ce tableau une véritable mise à nu de ses souffrances et de ses sentiments. Elle dévoile les blessures de son corps en même temps qu'elle dévoile celles de son âme. "Je ne suis pas malade. Je suis brisée. Mais je me sens heureuse de continuer à vivre, tant qu’il me sera possible de peindre". Frida Kahlo.

---> Retour à l'index de L'Histoire du visage dans l'Art.

Écrire commentaire

Commentaires : 0