dim.

05

juil.

2009

Biographie du peintre Jean Auguste Dominique Ingres

Découvrez la biographie de Jean Auguste Dominique INGRES. Peintre français né le 29 août 1780 à Montauban en Tarn-et-Garonne (France). Ingres est le défenseur d'une permanence classique, face aux violences cérébrales et plastiques du romantisme. Consultez la biographie de Ingres et découvrez ses peintures.

Ingres
Ingres

Jean Auguste Dominique Ingres né à Montauban le 29 aout 1780 en Tarn-et-Garonne dans le sud-ouest de la France, il fit très jeune preuve d'un grand talent pour le dessin qu'encouragea son père, sculpteur ornemaniste et miniaturiste. Après avoir étudié à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Toulouse, il monta à Paris à l'âge de 17 ans où il devint l'élève de Jacques-Louis David peintre néoclassique.

 

En 1801, il obtint le Prix de Rome avec son oeuvre intitulée "Les Ambassadeurs d'Agamemnon" mais ne partit pour l'Italie qu'en 1806. Pensionnaire à la Villa Médicis pendant 4 ans, il découvrit Raphaël mais aussi la peinture antique, à travers l'étude des vases grecs. Les oeuvres qu'il peignit alors renferment déjà toutes les caractéristiques de son style : goût du détail, observation précise du modèle et amour de la ligne qu'il déforme jusqu'à l'arabesque ("Jupiter et Thétis", 1811 ; la "Baigneuse" dite "Valpinçon", 1808).

 

Ses envois étant mal reçus à Paris, Ingres décida de prolonger son séjour en Italie (il vivra en tout 25 ans en Italie) et pour vivre, exécuta de nombreux dessins qui affirmèrent sa réputation déjà très sûre de dessinateur. Il exécuta de nombreux portraits (Baudelaire, parlait, pour ceux-ci de "rigueur de chirurgien"),  et il produisit aussi des paysages et des sujets historiques. Présenté au Salon de 1824 le "Voeu de Louis XIII", permit à Ingres de trouver enfin les faveurs du public parisien. Le retour d’Ingres à Paris est marqué par les honneurs et la gloire ; Ingres est promu par la critique, chef de file du courant néoclassique qui s’oppose alors au jeune mouvement romantique mené par Eugène Delacroix et Théodore Géricault.

 

Nommé membre de l'Institut, il ouvrit un atelier à Paris qui devint très célèbre, se posant comme le défenseur du néoclassicisme contre les partisans du romantisme, prônant la copie des antiques et inculquant à ses élèves l'amour du dessin. Il mourut adulé, le 14 janvier 1867, après avoir donné quelques derniers chefs-d'oeuvre comme "La source" (1856) et "Le bain turc" (1862) qui représente une foule de femmes nues dans un harem et qui a longtemps appartenu à une collection privée constituée de tableaux érotiques...

 

À sa mort, Ingres est enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris. Il lègue la majeure partie de son œuvre dont 4000 dessins à la ville de Montauban qui fait de son ancien atelier le musée Ingres. Les portraits de Ingres constituent aujourd'hui pour nous un inégalable miroir de la société bourgeoise de son temps, de l’esprit et des moeurs de cette classe. Ce peintre inclassable, exemple d'originalité et de créativité, a influencé de nombreux artistes modernes comme Degas, Renoir ou encore Picasso.

 

"L’expression en peinture exige une très grande science du dessin ; car l’expression ne peut être bonne si elle n’a été formulée avec justesse absolue. Ne la saisir qu’à peu près, c’est la manquer ; c’est ne représenter que des gens faux qui s’étudieraient à contrefaire des sentiments qu’ils n’éprouvent pas. On ne peut parvenir à cette extrême précision que par le plus sûr talent dans le dessin. Aussi les peintres d’expression, parmi les modernes, ont-ils été les plus grands dessinateurs. Voyez Raphaël." Jean Auguste Dominique Ingres.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE DOMINIQUE INGRES SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 0