mar.

07

juil.

2009

Biographie du peintre Joseph Mallord William Turner

Découvrez la biographie de Turner, Joseph Mallord William, peintre, aquarelliste et graveur britannique, né à Londres le 23 avril 1775. Initialement de la veine romantique anglaise, son œuvre est marquée par une recherche novatrice audacieuse qui fera considérer celui que l'on surnomme le "peintre de la lumière" comme un précurseur de l'impressionnisme, avec son contemporain John Constable. Consultez la biographie de Joseph Mallord William Turner et découvrez ses peintures.

Turner
Turner

Joseph Mallord William Turner, peintre anglais né à Londres le 23 avril 1775, mort à Chelsea le 19 décembre 1851. D'origine modeste, Joseph Mallord William Turner devient l'un des peintres les plus célèbres du XXème siècle, et sans doute l'un des plus grands paysagistes de tous les temps. Malgré son handicap social (fils d'un pauvre barbier), le jeune Turner rejoint les rangs de la prestigieuse Ecole de la Royal Academy of Art en 1789.

 

A tout juste quinze ans, après avoir montré ses dessins dans la vitrine de l'échoppe de son père, il parvient à exposer en tant que professionnel à la Royal Academy, où sa réputation de peintre aquarelliste soucieux de topographie est rapidement établie. Son prodigieux talent s'accompagne d'une grande ambition, et, au fil des années, son oeuvre témoigne d'un véritable désir d'innovation et de contestation. Il élève la peinture de paysage au tout premier rang de l'art, et s'évertue à en montrer la richesse et la puissance d'expression. L'originalité de sa démarche repose sur son mode de représentation. Turner ne s'attache pas simplement aux détails d'un lieu, mais plutôt à la manière dont les effets atmosphériques transforment la scène et suscitent l'émotion chez ceux qui contemplent l'oeuvre. Grand observateur de la nature, il sait rendre les éléments, aussi bien l'eau, l'air que le feu, avec authenticité et notamment le spectacle de la lumière dans son infinie variété.

 

En 1807, il fut nommé professeur de perspective à l'Académie royale, mais n'y donna des leçons que peu d'années. L'année suivante, il commença la publication d'un recueil de ses esquisses sous le nom de Liber Studiorum, puis imita le Liber Veritatis de Claude Lorrain. La séduction exercée par le grand paysagiste français sur Turner a laissé une trace visible dans ses tableaux. "Il aimait comme lui les grands horizons baignés d'une douce lumière, les lointains vaporeux, les splendeurs dorées du soleil couchant." Mais son originalité a connu des hardiesses ignorées de Lorrain; dès 1806, il exposait un Soleil se levant dans le brouillard (National Gallery), où se marque la maîtrise de son talent

 

Comme son contemporain Constable le fait remarquer, Turner a une large ouverture d'esprit et l'étendue de son activité professionnelle est extraordinaire. De par ses facultés intellectuelles, sa culture et sa passion pour le paysage, il explore des thèmes appartenant à l'histoire et à la mythologie classique, comme à la politique, à la littérature et à l'art. Il s'intéresse tout aussi passionnément au monde dans lequel il vit, et aborde les événements contemporains tels que la bataille de Waterloo et l'avènement des machines à vapeur. Il investit autant d'énergie dans la peinture à l'huile que dans l'aquarelle, ce qui est inhabituel pour un artiste de sa stature, mais enrichit ainsi les deux techniques. Il en résulte une approche libre et non conformiste de la peinture. Turner repousse les limites de la technique au bénéfice d'effets saisissants, ses méthodes de travail reflètent son obsession de la lumière. Il perfectionne en particulier l'utilisation de lavis humides humides et transparents de couleur pure pour créer des effets de flou. Ses oeuvres les plus fascinantes sont donc celles où sa technique est au service du caractère immatériel du sujet, comme par exemple dans Pluie, vapeur et vitesse, le chemin de fer de la Great Western (1844) et dans les exquises lumières vaporeuses de ses dernières toiles de Venise.

 

Dans une époque qui voit la naissance du tourisme et la modernisation des transports, il devient certainement l'un des voyageurs les plus accomplis de son époque. Sa faim de stimulations visuelles est insatiable et il part chaque été en voyage afin de dessiner et de rassembler une matière neuve. Ses déplacements de jeunesse se limitent aux rivages de son pays à cause des guerres napoléoniennes, mais il voyage bien plus loin par la suite: en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, et dans l'eldorado rêvé par tout artiste: l'Italie. Sa destination favorite est la Suisse dont les paysages offrent la combinaison "turnérienne" idéale: montagnes, lacs et monuments, dans une lumière douce et limpide. La beauté lumineuse de ses dernières aquarelles suisses, comme Le Rigi bleu, le lac de Lucerne au lever du soleil (1842), représente l'apogée de l'expression artistique de Turner: le paysage y est métamorphosé, passant du particulier à l'universel, et du terrestre au métaphysique.

 

Pendant soixante années, il a travaillé sans relâche: un sentiment admirable de vérité et de poésie illumine ses crépuscules et ses aurores; c'est un des plus grands peintres de paysage de l'école anglaise. A la fin de sa vie, l'artiste se livre plus entièrement à sa fantaisie dans la lumière: à partir de 1835, ses tableaux ressemblent à de lumineuses visions à travers le brouillard, à des arcs-en-ciel, à des feux d'artifice; le jaune et le rouge se mêlent et s'opposent sur des fonds blancs. La singularité de sa dernière manière a rencontré des admirateurs enthousiastes. Tant d'oeuvres universellement admirées et payées fort cher ont enrichi le peintre. Mais il ne veut pas jouir de sa fortune et, à la fin de sa vie, recherche la solitude: il quitte sa maison de Queen Anne Street, bâtie en 1812, rompt toute relation avec le monde, change de nom et se retire dans un pauvre logement de Chelsea, de l'autre côté de Westminster; il y passe les dernières années de sa vie, dans une solitude absolue, inabordable, inconnu même de l'hôtelière qui le logeait.

 

De ce glorieux destin, Turner n'a consigné que peu d'écrits. Les meilleures sources d'information sont donc ses tableaux. Le réglement complexe de son testament aboutit à la donation de la totalité de son oeuvre à la nation: 280 peintures à l'huile environ, des milliers d'aquarelles, des dessins, des études préparatoires, et presque 300 carnets de croquis. Déposée à la Tate Britain's Clore Gallery à Londres, la Donation Turner permet une approche exceptionnelle de sa vie et de sa pratique de peintre. La plupart de ses oeuvres maîtresses sont visibles à La National Gallery à Londres: Jasonla ForgeApollon et Pythonle NaufrageDidon et Enée,  La Chute de Carthagela Baie de BaïaUlysse et Polyphèmela Traversée des Alpes par Anniball'Entrée du port de Calais.

MERCI À VOUS D'ÊTRE VENU(E) LIRE LA BIOGRAPHIE DE WILLIAM TURNER SUR BPA.

---> Retour à l'index des Biographies d'Artistes.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    xxx (mardi, 07 août 2012 18:41)

    Merci grandspeintres.com
    http://www.grandspeintres.com/turner/biographie_turner.php

  • #2

    Rigaud Mickael (mercredi, 08 août 2012 16:52)

    Biographie réécrite, comme ça il n'y aura plus de discussion...